Galerie de portraits
Etonnants L'Hostis
Inscrits dans le marbre
Les L'Hostis de la littérature
Contact
Mettre à disposition de tous le maximum de renseignements sur le patronyme L’HOSTIS, tel est le but de ces quelques pages.
Bienvenue dans l’univers des L’HOSTIS !

Mais qui sont-ils donc ?
Les souches de porteurs du patronyme L’Hostis sont nombreuses dans le Finistère. On les trouve sous la forme An Hostiz dès 1544 à Plougonvelin, Hostiss à Ergué-Armel en 1607, Lhostis à Quimper en 1623 avec des variantes telle Lostys ou Lostis à Pouldergat au XVè siècle.
On le trouve également à de nombreuses reprises dans les Côtes d’Armor. La famille L’Hostis y apparaît dès le XVè siècle notamment dans l’évêché de Treguier où un certain Pierre L’Hostis, Seigneur de Kerdaniel est anobli en 1471. Même si à ce jour, aucun lien connu ne lie ces familles, ce modeste site en présentera quelques éléments.
Beaucoup de généalogistes d’origine léonarde comptent dans leurs ancêtres des L’Hostis originaires de Plouguin qui ont fait souche dans les communes proches de Landeda, Lannilis, Plouvien. D’autres L’Hostis, dont certains sont originaires eux aussi de Landeda ont fait souche dans la région de Saint-Pol de Léon mais ne semblent avoir aucun lien de parenté avec les L’Hostis installés en nombre dans la région de Mespaul, Plouvorn, Plougoulm et Treflaouénan. Toujours dans le Léon, les porteurs du patronymes apparaissent dans la région de Plabennec, sans doute en parenté avec ceux de Kernouës et Lesneven.
Variantes :
L’Hostic sans doute diminutif du nom Hoste bretonnisé en Le Nost et issu du vieux français oste (l’hôte), celui qui donne l’hospitalité.
Ostiou en 1622 à Ergué-Armel, Hostiou en 1641 mais qui prendrait son sens, selon Albert Deshayes de guerrier-combattant (osteor) d’après le vieux français “ ost ” (armée).

Les L’HOSTIS de Plouguin
Peu de généalogistes finistériens qui comptent des L’Hostis parmi leurs ancêtres ne connaissent pas ceux de Plouguin. C’est indéniablement la famille qui s’est le plus développée. Des documents sur les manoirs du Léon nous permettent de savoir que ces fermiers étaient locataires à Castelhouloup à la fin du XVIè siècle. Il s’agit sans doute (même si aucun document ne l’atteste) de la même branche que les L’Hostis originaires de la paroisse de Ploudiner qui rassemblait autrefois Landeda, Lannilis et Brouennou.